• Informations pour les visiteurs
  • Media
  • Recommandez cette page

Margarete Steiff

L’itinéraire d’une femme à la volonté d’acier.
De l’éléphanteau au groupe mondial.

Atteinte très jeune de la poliomyélite, Margarete Steiff (1847 - 1909) souffrit toute sa vie d’un lourd handicap et dut lutter âprement pour se faire une place dans l’existence. C’est en 1880 qu’elle lance dans son atelier de confection les premiers animaux en feutre (dont l’éléphanteau), rembourrés et cousus par ses soins. Elle pose ainsi la première pierre d’une entreprise internationale dont le succès ne s’est jamais démenti.

En 1847, de nombreux problèmes marquent la vie des habitants de l’ancienne ville impériale de Giengen an der Brenz. C’est au cœur de cette année-là, le 24 juillet 1847, que naît Appolonia Margarete Steiff, troisième fille du maître constructeur Friedrich Steiff et de son épouse Maria Margarete. Dix-huit mois durant, la vie de la petite Margarete se déroule sans soucis; c’est une enfant saine et joyeuse. Mais fin 1849, peu après la naissance de son frère Fritz, elle est prise d’une forte fièvre dont elle ne s’en remet que lentement. À la consternation de sa famille, elle en garde de graves séquelles: elle ne peut pratiquement plus bouger ses jambes et à peine son bras droit. Cures, traitements, voire opérations n’y font rien; la paralysie demeure. On diagnostique une poliomyélite, une maladie pour ainsi dire inexplorée à cette époque où l’on ne connaît aucune thérapeutique pour la combattre.  

La petite Margarete ignore l’apitoiement sur soi-même; plus tard dans ses mémoires, elle soulignera au contraire à quel point les maladies infantiles courantes lui ont été largement épargnées. Elle commence très tôt à fréquenter l’école. Jamais elle n’est absente et elle obtient des résultats supérieurs à la moyenne. En outre, elle s’y entend à rassembler les gens autour d’elle pour ne pas être seule. D’autres tentatives de traitement pendant son enfance restent sans succès. Margarete rencontre alors des difficultés dans sa famille. Lorsqu’elle exprime le souhait de fréquenter l’école de couture, le cercle familial commence par s’y opposer: son père redoute un échec, ses sœurs aînées trop de fatigue et de désagréments. Mais la jeune fille parvient à s’imposer; grâce à son ambition et au soutien de ses sœurs, elle devient au fil des années une parfaite couturière. Elle apprend aussi à jouer de la cithare, avec une telle maîtrise qu’elle est capable de l’enseigner à son tour.

Ensemble, les sœurs Steiff achètent une machine à coudre, la première à Giengen, et ouvrent un atelier de couture pour dames. C’est surtout à la cadette Margarete qu’il revient de coudre les vêtements des dames et des enfants. Bien qu’elle ait des difficultés à faire fonctionner la machine avec son bras droit, elle ne renonce pas. Entre-temps âgée de 17 ans, elle a appris à vivre avec sa maladie. Grâce au soutien moral et financier d’un fabricant de feutre de sa connaissance, l’atelier de couture devient en 1877 un atelier de confection du feutre à l’activité peu à peu florissante. Margarete Steiff occupe plusieurs personnes et continue à investir dans l’atelier qui ne tarde pas à se transformer ainsi en petite manufacture. La jeune fille apparemment sans avenir est devenue une femme d’affaires couronnée de succès.

Fin 1879, Margarete Steiff découvre dans le journal Modenwelt le modèle d’un petit éléphant en tissu dont elle confectionne pour Noël cinq exemplaires en feutre et en laine, conçus comme pelotes à épingles. L’enthousiasme qu’ils suscitent, en particulier auprès des enfants, est phénoménal; les petits ne veulent plus se séparer de ces animaux tout doux. À l’époque en effet, pratiquement tous les jouets étaient en matériaux durs, comme le bois ou la porcelaine, il n’était donc pas question de leur faire des câlins. Peu après Noël, Margarete Steiff vend sept exemplaires d’animaux et commence à constituer des stocks. Quatre ans plus tard, en 1883, figure au verso de ses tarifs une mention de l’évolution nouvelle de l’entreprise: Jouets en feutre, inusables et sans danger. Éléphants avec selles multicolores.

Au cours de ces années, Fritz, le frère de Margarete, maître constructeur à Giengen, est le moteur de nombreux changements positifs qui ont pour résultat l’augmentation des chiffres de la production. En 1889, Fritz incite Margarete, âgée alors d’une quarantaine d’années, à quitter elle aussi la maison familiale. 

Il construit pour son entreprise un premier bâtiment qui comprend un magasin au rez-de-chaussée et à l’étage, un appartement adapté à son handicap. Cette année-là, Margarete fait aussi la connaissance de Johanna Röck. Les deux femmes se lient d’une profonde amitié; Johanna vient s’installer chez Margarete et reste à ses côtés près de vingt ans, jusqu’à la mort de Margarete. 

L’entreprise se développe aussi de façon positive. Avec le soutien de Fritz, Margarete ne tarde pas à entreprendre la confection d’animaux de selle et de trait. Elle élargit son assortiment avec des singes, des ânes, des chevaux, des chameaux, des cochons, des souris, des chiens, des chats, des lapins et des girafes. Pour promouvoir la vente par correspondance, alors en pleine expansion, elle fait imprimer ses premiers catalogues, en partie illustrés. L’entreprise acquiert une renommée de plus en plus grande. En 1894, son chiffre d’affaires annuel s’élève à 90 000 marks et en 1897, elle est représentée pour la première fois sur un stand de la foire de Leipzig. À partir de 1897/1898, l’éléphant est utilisé comme marque déposée, car la concurrence ne cesse d’essayer de copier ses produits. À compter de 1904, c’est le mondialement célèbre bouton dans l’oreille qui devient la marque de fabrique.

Avec l’arrivée de Richard Steiff, le deuxième fils de Fritz, la fabrique de jouets commence à s’affirmer comme entreprise familiale. Dès leur plus jeune âge, les six fils et les trois filles de son frère sont très proches de Margarete qui aurait bien aimé avoir elle-même des enfants. Elle manifeste à leur égard autant de délicatesse que d’humour. Les six garçons entrent l’un après l’autre dans l’entreprise. Au fil des années, ces liens familiaux étroits renforcent l’énergie de Margarete qui, à la fois patronne et amie, fait toujours régner parmi ses employés une chaleureuse atmosphère. Les prestations sociales de la firme sont d’ailleurs exemplaires pour l’époque: tout le personnel a droit à des bons de repas dans les auberges environnantes. 

En 1902, il faut déjà songer à un nouveau bâtiment. Richard Steiff, le neveu de Margarete, a en vue une construction originale en verre et en métal, d’un coût avantageux. C’est au printemps 1903 que voit le jour ce premier édifice de verre. La population ne tarde pas à l’appeler l’aquarium des pucelles, en référence aux jeunes femmes, essentiellement célibataires, qui travaillent dans ces locaux baignés de lumière. Dès cette époque, le bâtiment de la fabrique est construit pour répondre aux besoins des personnes handicapées et dispose d’une rampe d’accès pour le fauteuil roulant de la directrice. Quelques années plus tard suit une deuxième construction en verre, aussi en avance sur son temps que la première. Classées monuments historiques, toutes les deux sont utilisées aujourd’hui encore par la famille Steiff. 

L’aquarium des pucelles n’est pas seul à faire sensation, il y a aussi les pointes en moto de Margarete Steiff avec ses neveux, Otto et Paul. Margarete Steiff a toujours aimé la vitesse, et à l’âge de 56 ans, elle goûte vraiment le vent de la course.

C’est en 1903 que Richard Steiff présente à la foire de Leipzig l’ours dont il est le créateur. Les acheteurs ne sont pas vraiment convaincus par ce premier ours à la tête pivotante et aux membres mobiles, au pelage en peluche de mohair et aux yeux en boutons de bottine, d’autant qu’ils le trouvent trop cher. Margarete Steiff se montre elle-même très sceptique, mais Richard Steiff parvient à la convaincre de faire un essai avec ce singulier ours Martin. Et c’est ainsi qu’on raconte qu’à la dernière minute, un Américain aurait surgi sur le stand de la foire et acheté toute la collection d’ours. Aujourd’hui encore, on considère ces 3000 pièces comme disparues. Le modèle suivant, l’ours 35 PB, est plus mince et fait bientôt fureur. Margarete et Richard reçoivent des médailles d’or à l’exposition universelle de Saint Louis et la firme gagne le Grand Prix. En Amérique, le nounours entame sa triomphante carrière. 1907 est l’année de l’ours: 400 collaboratrices et collaborateurs permanents fabriquent en collaboration avec 1800 travailleuses à domicile un total de 974 000 ours.

Margarete Steiff veille à une qualité en tous points irréprochable; il n’est pas rare qu’elle couse elle-même les patrons des nouveaux modèles. Mais elle fatigue à vue d’œil. Souvent, elle se contente de rester assise à la fenêtre de son appartement d’où elle observe l’activité de l’entreprise. Âgée de tout juste 62 ans, elle s’éteint le 9 mai 1909. 
Seul le meilleur est assez bon pour les enfants! 
C’est avec ces paroles mondialement célèbres que Margarete Steiff résume elle-même ses qualités de cheffe d’entreprise couronnée de succès. 

Actualité

du Musée

Le monde culinaire

Ristorante La Sosta

Le monde culinaire

Ristorante La Sosta

Pour les petites et les grandes faims. Ouvert tous les jours avec des plats chauds sans interruption.

Ristorante La Sosta

Visites guidées publiques du Museé

et de l'exposition temporaire

Visites guidées publiques du Museé

et de l'exposition temporaire

Les visites guidées ont lieu respectivement le 1er samedi du mois à 14 h. Durée environ 1 heure.

Les visites guidées

Nos

Horaires d'ouverture

Nos

Horaires d'ouverture

Horaires d'ouverture jours fériés compris du Musée, de la Boutique et du Ristorante La Sosta.

Les horaires d'ouverture

Ihr Browser wird nicht unterstützt.

Damit die Seite korrekt angezeigt wird, sollten Sie eine aktuelle Version Ihres Browsers einsetzen.